mqa

Le MQA expliqué

15/04/2020
L'histoire d'un format audio novateur

Le mois dernier, nous faisions un focus sur la musique haute résolution. Aujourd’hui nous allons nous attarder sur une technologie relativement récente puisqu’elle a été dévoilée lors du CES de 2015, le MQA.

 

Qu’est-ce que le MQA ?

Il s’agit d’un acronyme pour Master Quality Authenticated développé par Bob Stuart alors qu'il travaillait chez Meridian - il en était d'ailleurs le co-fondateur - avant de devenir une société à part entière et de prendre son indépendance quelques temps plus tard.

Nous qualifierons le MQA de format audio novatrice puisque qu’il est capable d’une restitution qualité Studio tout en étant rétro-compatible en qualité CD (en réalité 16bits / 48kHz). En cela, nous considérons qu’il s’agit d’une technologie unique en son genre.

 

 

La promesse du MQA réside dans le fait que votre fichier audio MQA sera lu, que votre système soit compatible ou non avec cette nouvelle technologie. Si votre lecteur et votre DAC sont compatibles alors vous profiterez de la qualité studio originale, dans le cas contraire, d’une qualité supérieure au CD : 16bits/48kHz (voir vidéo plus bas). En contraste, si nous prenons l’exemple de n’importe quel autre format audio, il ne sera simplement pas lu si le lecteur n’est pas compatible. Ici, MQA tire son épingle du jeu en profitant de l'universalité du FLAC.

Une lecture MQA offrira alors plus de clarté et une scène sonore plus ample. Le bénéfice d’un format haute résolution reste toujours le même, plus l’information est définie, plus le cerveau la reconnaît rapidement. C’est ce qui la rend naturelle. Pour tester par vous-même la haute résolution (ainsi que le MQA), nous vous invitons à relire notre dernier dossier et télécharger les fichiers mis à votre disposition.

Le MQA devra surtout son salut à Tidal puisqu’en janvier 2017, le service de musique en ligne américain se lance dans le streaming Hi-Res afin de rivaliser avec Qobuz, et a décidé d’utiliser la technologie MQA.

 

« MQA a apporté quelque chose d’intéressant à la musique. De mon expérience, à chaque écoute, la technologie MQA semblait améliorer l’original. Tout semblait devenir plus claire, comme si on chaussait une toute nouvelle paire de lunettes. »

HIFI CHOICE

 

Comment le MQA assure-t-il sa rétro-compatibilité ?

MQA base sa technologie sur le concept d'origami. Entendez par cela que suivant la compatibilité de votre système, le fichier sera déplié (24bits / 96kHz) ou non (16bits/48kHz).

Vous le savez, nous ne cherchons pas à vous perdre dans des informations trop techniques. C'est pourquoi nous laisserons de côté les bénéfices dans le domaine temporel évoqué dans l'extrait vidéo ci-dessus pour nous concentrer sur l'origami musical en 3 étapes : 

 • La base : de 0 à 24kHz (section A sur le graphique)

 • Les hautes fréquences : 24kHz - 48kHz (section B)

 • Les très hautes fréquences : 48kHz - 96kHz (section C)

 

Source : Brochure MQA

 

Une fois le fichier MQA compilé, les sections B et C sont cachées (la première dans la section A, la seconde dans la section B). La section A - jusqu’à 24kHz - est universellement lisible et ne nécessite aucun pilote spécifique.

Étant donné le caractère propriétaire et fermé de ce format, il nous sera difficile de vous donner plus d’informations sur l’échantillonnage réel de chacune de ces sections. MQA nous confirme simplement, comme ça l’est spécifié dans ses différentes documentations, que tout est réalisé sans perte de données. Nous invitons tout de même les plus curieux à regarder la vidéo ci-dessous pour mieux comprendre l’origami du MQA ainsi qu'à consulter les documents expliquant les bénéfices dans le domaine temporel.

 

 

Pourquoi le MQA ?

Lorsqu’on parle du MQA, ou tout du moins quand il a été annoncé, beaucoup ont soulevé la question de l’utilité d’un nouveau format audio. Est-ce qu’il n’allait pas apporter plus de confusion qu’il n’y en avait déjà en HiFi ? Et surtout qu’apporte-t-il de si particulier ?

Pour répondre à ces interrogations, prenons un peu de recul. L’audio haute résolution reste une niche bien que les technologies existent bel et bien aujourd’hui. Malgré de nombreux efforts - notamment du SACD avec le DSD - il semble que le consommateur de musique ne soit pas prêt à changer ses habitudes prises avec le CD-Audio traditionnel, les points de vente ne leur forçant pas non plus la main. Contrairement à la vidéo, l’audio ne bénéficie pas d’un lobby tel que ceux de la télévision et du cinéma qui promeuvent tout au long de l'année les bienfaits de la haute résolution et de l'UltraHD. La qualité HD étant omniprésente en vidéo dans point de vente grand public spécialisés par exemple, alors qu’elle reste introuvable en audio. Il faudra pour la trouver se tourner vers des spécialistes HiFi comme Qobuz ou MoFi.

De son côté, la musique dématérialisée a choisi le mp3 comme porte-drapeau depuis près de 30 ans, au désarrois des spécialistes. Oui, aussi triste que cela puisse paraître, la grande majorité de la qualité audio proposée en ligne est la même qu’au cours des années 1990 et années 2000.

Si l’on regarde l’hégémonie du streaming gratuits en 2019, on remarque que le grand public est ainsi cantonné, sauf volonté marquée, à consommer de l’audio basse-résolution. Bien sûr certains diront qu’il s’agit d’un choix du consommateur qui ne désire pas payer pour écouter de la musique. Nous répondrons qu’il s’adapte à ce qui lui est proposé. Pourquoi la musique devrait-elle forcément être gratuite ? C’est un autre débat.

Pourquoi, alors, la qualité audio n’a pas évolué ? Nous l’avons vu sous différents angles au cours de nos derniers dossiers. Le débit nécessaire à la Hi-Res étant sans aucun doute une barrière majeure. Notons néanmoins que l’architecture internet en France a énormément évolué depuis quelques années avec le développement de la fibre optique. Mais il serait illusoire de penser que celle-ci est présente dans la majorité des foyers français.

Le MQA a ainsi été développé pour palier à ces 2 problèmes. Côté support dans un premier temps, il sera possible de se construire une bibliothèque CD haute résolution alors que l’on ne possède pas encore de système compatible, puis de profiter de la qualité Studio par la suite, sans nécessiter un renouvellement de sa bibliothèque.

Dans le cas du streaming, MQA annonce que ses fichiers ont un bitrate - un débit de données - inférieur à 2Mbps et donc proche à celui du CD (1,4Mbps). Le MQA permettrait ainsi de profiter d’une qualité audio supérieure au CD sans pour autant devoir repenser son accès internet.

Cette taille réduite est également smartphone-friendly puisqu’elle ne limitera la consommation de data par rapport à un fichier 24bits/96kHz FLAC traditionnel.

Plus récemment, on a également pu entrevoir le potentiel du MQA au-delà de la HiFi, celui de l’audio haute résolution dans les fichiers vidéos. Le confinement auquel nous sommes tous confrontés à l’heure où nous écrivons ces lignes a eu pour conséquence d’annuler tous les festivals et événements musicaux prévus en 2020. Afin de tout de même apporter leurs musiques au public, nombreux sont les artistes qui ont mis en place des concerts à distance. Doit-on les appeler e-concert ? L’avenir nous le dira.

 

 

Dans le cas du festival South By SouthWest, c’était l’occasion de s’associer aux British Music Embassy Sessions et à MQA pour apporter des concerts vidéo en qualité audio Hi-Res. Une première !

On retrouve ainsi sur le site MQA à ce jour Noya Rao, Daniel Casimir & Tess Hirst en concerts haute qualité, disponibles gratuitement en streaming.

Pour profiter de la qualité HD - 24bits / 96kHz dans le cas de ces sessions - il suffira de lire les vidéos depuis un ordinateur et de vous connecter en USB à un convertisseur compatible. Si l’on ne possède pas de convertisseur capable de décoder sa technologie, MQA nous indique que les vidéos afficheront une résolution allant jusqu'à 24bits/48Hz en fonction de votre navigateur. Un énorme pas en avant pour le streaming vidéo, très loin des 384kbps que propose YouTube - si l’on en croit leur support - même en vidéo 4K !

 

Comment profiter du MQA qualité studio ?

Pour profiter à 100% du MQA, il est nécessaire de posséder un lecteur mais également un DAC compatible. C’est le lecteur qui dépliera ou non l’origami, puis le convertisseur qui se chargera de la conversion analogique des données 16 ou 24bits.

Si vous êtes abonnés aux services de Tidal, l’ensemble des applications smartphone et ordinateur sont compatibles à la lecture MQA. Si vous écoutez depuis un PC ou votre smartphone, il suffira donc simplement de connecter un DAC compatible. Retrouvez une liste complète des produits compatibles dans le réseau HIFI Group en fin de dossier.

Le MQA apporte donc son lot de solutions afin de démocratiser au maximum l’audio haute résolution. En tant que professionnels de l’audio, nous ne pouvons que saluer et soutenir un tel projet comme le font les nombreux fabricants qui intègrent cette technologie dans leurs produits. L’objectif désormais sera de maximiser cette démocratisation afin qu’elle devienne une réelle option et non plus une niche afin d’irradie les formats très basse qualité, mp3 en tête de liste, aujourd’hui sans utilité publique.

 

 

Liste non exhaustive des appareils compatibles MQA disponibles dans votre réseau HIFI Group :

 • AudioQuest : DragonFly Black, Red, Cobalt

 • dCS : Bartók, Rossini Player, Rossini DAC, Vivaldi ONE

 • Mark Levinson :, N°5802, N°5805, N519

 • MOON : ACE, MiND2, 280D MiND, 390, 680D, 780D v2

 • ROON : ROON

 

Retour